Le poing, symbole universel de lutte, de persévérance  et de force est ici un geste vivant et traduit une mémoire en mouvement

Il est posé dans un espace délimité par un garde corps dans lequel les vers de Paul Eluard “ tu rêvais d’être libre et je te continue”sont découpés en transparence.

 

Tu rêvais d’être libre et je te continue   

Sculpture en Bronze patiné de 3 mètres de haut.

Garde corps / Métal noir/ Verre gravé

À l’univers entier

Installation de 2 rayons de lumière diffusant  à plus de 10 km de haut, ces deux faisceaux, matérialisent et perpétuent le cri de désespoir et d’innocence de Louis Delgrès.

Vivre libre ou mourir !  est la devise utilisée par  Louis Delgrès et ses compagnons, anti-esclavagistes, avant leur sacrifice au Matouba en Guadeloupe en 1802.

Cette œuvre rend Hommage à cet acte de résistance, dont l’écho résonne encore aujourd’hui

La formule est également la devise de la Révolution Française de 1789 (visible sur le monument central du Panthéon à Paris représentant la Convention nationale) et  la devise officielle adoptée en 1945 par  l’état américain du New Hampshire (« Live Free or Die »)

Vivre libre ou mourir ! 

Installation, néon rouge, câbles électriques

|

Carte générale du projet

BATIMENT DE LA PETITE POUDRIERE

Présentation d’une pièce sonore à l’intérieur : chant
symphonique ou opéra interprété par Carole Venutolo et/ou Serge
Kakudji.

 

LES CITERNES
Résonances,
Salle 1- installation.
On entre dans une des deux citernes, sur un
promontoire à construire depuis lequel on voit de haut, une
installation interactive avec différents kwoka,
sur lesquels il y aurait les visages des compagnons de Louis
Delgrès et de l’épopée de l’histoire antillaise.
Leurs visages apparaitraient en transparence
et le clap de main allumerait les tambours.
Soucougnan,
Salle 2 -
Jeu d’ombres, sur le principe de la lanterne magique,
placée au centre de la pièce avec des ombres projetées sur les murs.

LE BASTION PLAT
Libre de couleur, Banc Ignace.

LE CIMETIÈRE
 Pièce sonore dans la cache en dessous
(délaissée face cimetière).

PORTE DU VIEUX-PORT

Pièces sonores.

LES SOUTERRAINS
 Mise en lumière / scénographie de tunnel sans fin.
LA PRISON
Le chant de la nuit,
une installation sonore, “caption” des bruits de la nuit,
reproduisant allégoriquement le contexte de la fuite de Delgrès et sa troupe au matouba.
L’idée est de donner à imaginer ce qu’ils ont traversés
Souffles
une installation sonore dans la salle accollée.
Dès l’entrée dans cette piece ouverte,
la lecture du poeme souffles de Birago Diop, est declenchée par un detecteur de mouvement.
(Plus une transcription du poeme en braille) https://www.youtube.com/watch?v=Da2aGnUPZDQ

Rhizomes

A l'univers entier

Vivre libre ou mourir

|

Remerciements

L’artiste remercie chaleureusement pour leurs contributions à faire avancer ce projet.

Madame Josette Borel Lincertin, ancienne présidente du département,

Monsieur Henri Laventure,

Madame Dominique Thuriaf,

Les équipes de la DACP,

La société Smbr,

RFI. Radio France internationale.